L’Anacardier (arbre noix de cajou)

Diversifier les espèces d’arbre fruitier dans un verger permet de disposer de toute une variété de fruits à portée de main. L’anacarde, cet oléagineux délicieux et agréable en bouche, peut être consommé dès leur récolte, tout juste après leur préparation. Cela permet d’apprécier sa véritable saveur. Planter un anacardier dans son jardin, ou dans son verger peut se faire très facilement. Toute personne ayant la main verte peut y arriver.

Présentation de cet arbre

Arbre fruitier exotique de la famille des Anacardiacées, l’anacardier ou Anacardium occidentale produit la noix de cajou qui est commercialisée et consommée surtout en apéritif. Il s’agit d’un grand arbre pouvant atteindre les 10 mètres, voire plus. Il est caractérisé par son tronc tortueux et par sa forme un peu spéciale, telle une bouillie. Effectivement, ses branches ramifiées et sa cime évasée lui procurent un aspect hors du commun.

L’aspect de ses feuilles

Ses grosses feuilles persistantes d’une longueur avoisinant les 25 cm sont coriaces et ovales. Elles se reconnaissent aisément par leur forme, leur couleur vert foncé, et leurs nervures bien visibles.

Qu’en est-il de ses fleurs et de ses fruits ?

L’anacardier possède des petites fleurs odorantes de couleur blanche et rosée. Ces dernières se regroupent en inflorescences à l’extrémité des jeunes branches. Elles donneront naissance à des fruits qui sont les noix. Sur l’arbre, la noix est accrochée à la pomme de cajou, en forme de poivron, qui n’est autre qu’un support. C’est la noix se trouvant à l’extrémité du faux-fruit en forme de poivron qui contient la noix comestible.

Origine de l’anacardier

Le pommier de cajou est un arbre tropical originaire d’Amérique du sud. Sa plantation s’est répandue et désormais, elle prédomine dans les pays comme la Malaisie, Madagascar et l’Inde. Le climat de ces pays est favorable à sa plantation. La production de bon fruit, que ce soit en qualité ou en quantité, requiert de la lumière et de la chaleur. La température idéale est aux environs de 15°C.

Cultiver un arbre à noix de cajou

Faire pousser cet arbre est très simple, seulement il faut réunir les conditions nécessaires à son développement et à sa fructification. Il doit être planté dans un endroit ensoleillé. Il a besoin d’eau, notamment durant les 4 à 6 premiers mois de son existence. Il peut pousser sur n’importe quel type de sol, cependant, il est préférable et conseillé d’enrichir la terre pour un résultat optimal. Un sol léger, bien drainé (sablonneux si possible) et à pH entre 5 et 6,5 est parfait.

Comment planter l’arbre à noix de cajou ?

Il existe deux manières de planter cet arbre. La première façon de procéder est de semer des graines de bonne qualité pour s’assurer que l’arbre qui naîtra sera bien productif. Le semis doit s’effectuer dans un mélange de départ en veillant à vérifier la température du lieu d’ensemencement. Les graines germeront rapidement lorsque la température est de 21°C, voire plus. La durée de la germination peut aller de quelques jours à 3 semaines.

L’autre manière de procéder est de faire une multiplication par bouturage. Un espace large est requis entre chaque bouture car les racines de l’anarcadier se ramifient au fur et à mesure que l’arbre croît.

Son arrosage

Normalement, le pommier de cajou a besoin d’une saison des pluies de plusieurs mois, surtout durant le premier semestre de sa vie. Il faut veiller à l’arroser régulièrement pendant les 6 premiers mois. Une fois que la plante s’est bien développée, l’arrosage peut être espacé puisqu’à ce moment-là, il supporte mieux la sécheresse. Toutefois, pour optimiser la production des fruits, il est préférable de toujours lui apporter la bonne quantité d’eau dont il a besoin.

Une bonne quantité d’eau mais pas trop

Pour pallier l’excès d’eau, un arrosage profond à fréquence d’une fois par semaine est suffisant en hiver. Pendant la période estivale, un arrosage profond de deux fois par semaine est parfait. L’humidité du sol est à vérifier entre chaque arrosage. Il faut laisser le sol se sécher avant de procéder au prochain arrosage. Un paillage avec des matières organiques permet d’espace l’arrosage et pallie la formation des mauvaises herbes.

Les bons gestes pour entretenir l’anarcadier

Non seulement l’anarcade se consomme, mais aussi l’arbre qui le produit est apprécié pour l’ombre qu’il offre. Son port étalé garantit un espace frais sous l’arbre. La taille doit se porter uniquement sur les branches mortes, fragiles, attaquées par les nuisibles et les ravageurs, et infectées par des maladies. Les branches fournies sont à couper aussi pour permettre à la plante de bien croître. Les apports d’amendements ne sont pas utiles.

La récolte d’anacarde

La couleur grise de la coquille de l’anacarde et le ton rouge ou rose de la pomme de cajou sont les signes qui préviennent de la maturité des fruits. Parfois, ces fruits tombent tout simplement lorsqu’ils sont mûrs et qu’ils ne sont pas cueillis sur l’arbre. La noix et la pomme sont à séparer, puis la noix doit être cuite pour pouvoir retirer l’anacarde qui se trouve à l’intérieur. Les noix de cajou obtenues peuvent être grillées, salées et épicées pour être servies ou conservées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *